Le cœur et le bon sens doivent l’emporter

Le 28 novembre prochain, le peuple suisse sera appelé à se prononcer sur l’initiative sur le renvoi: à l’occasion de leur conférence de presse interpartis de ce jour, les conseillers nationaux bourgeois et socialistes et l’Organisation suisse d’aide aux réfugiés OSAR ont exposé pourquoi le contre-projet direct du Conseil fédéral et du Parlement représente le meilleur moyen de lutter contre la criminalité et de favoriser une cohabitation paisible en Suisse.

Beat Meiner, le secrétaire général de l’Organisation suisse d’aide aux réfugiés OSAR, a souligné que 1,7 millions de personnes, soit environ 23 pour cent de la population, vivent et travaillent en Suisse sans détenir un passeport suisse. «Nous avons besoin de ces gens et leur destin est indissociable du nôtre. La manière dont nous gérons nos relations mutuelles est donc très importante. C’est pourquoi des règles claires, du respect, du cœur et du bon sens sont nécessaires», a affirmé Beat Meiner.

Philipp Müller, conseiller national PLR, a insisté sur le fait que le contre-projet direct du Conseil fédéral et du Parlement réglementerait de manière claire et contraignante les dispositions en matière de renvoi pour tous les cantons. Tous les auteurs de délits graves seraient résolument renvoyés, mais dans le respect explicite des droits fondamentaux et des règles de base de notre Constitution fédérale, du droit international et notamment du principe de la proportionnalité.

Gerhard Pfister, conseiller national PDC, a poursuivi en expliquant que le contre-projet direct pourrait être mis en œuvre et produire son effet sans aucun problème dès le lendemain de la votation. «Avec le nouvel article sur l’intégration, notre projet présente un ensemble de mesures équilibré caractérisé par l’esprit de suite et la loyauté.» a déclaré Gerhard Pfister.

Bea Heim, conseillère nationale PS, a rappelé que l’intégration est certainement le moyen le plus efficace et le moins cher de prévenir la criminalité. Elle s’est exprimée en ces termes: «Le nouvel article sur l’intégration, qui oblige expressément la Confédération, les cantons et les communes à tenir compte des objectifs d’intégration, représente une grande chance que nous devrions impérativement saisir!»

Andy Tschümperlin, conseiller national PS, a également considéré qu’avec le nouvel article sur l’intégration, un grand pas avait été franchi. Cet article propose une description objective et approfondie des enjeux de l’intégration: «L’intégration a pour but la cohésion entre la population suisse et la population étrangère. L’intégration exige de chacun qu’il respecte les valeurs fondamentales inscrites dans la Constitution ainsi que la sécurité et l’ordre publics, qu’il s’efforce de mener une existence responsable et qu’il vive en accord avec la société. La promotion de l’intégration vise à créer des conditions favorables permettant à la population étrangère de disposer des mêmes chances que la population suisse pour ce qui est de la participation à la vie économique, sociale et culturelle.»

Download Press Release